NOS BALADOS

Quelle place l’alcool et les substances occupent-ils dans la société et dans nos vies? Chaque jour durant le mois de février, venez découvrir la perspective d’un invité qui partage sans tabou son regard et son expérience sur le sujet, pour accompagner les participants du Défi 28 jours.

 

Abonnez-vous sur Soundcloud, iTunes ou Spotify, pour ne manquer aucun épisode, partagez ceux qui vous ont surpris, amusés, ou touchés, et prenez part à la conversation sur les réseaux sociaux avec le mot-clic #leffet28jours.

JAY DU TEMPLE

Aujourd’hui nous avons le plaisir de rencontrer Jay Du Temple, humoriste, animateur et ambassadeur du Défi 28 jours sans alcool. Il nous confie ce qui l’a poussé à devenir ambassadeur: son désir d’aider les jeunes à naviguer les années tumultueuses de l’adolescence. Il nous dévoile les dessous de sa vie en tournée et sur les plateaux de tournage et la place de l’alcool dans le monde de l’humour et du spectacle, que ce soit pour gérer le trac et la pression ou pour célébrer les succès.

FRÉDÉRIQUE ALBERT

Frédérique Albert, planificatrice d’événements et ancienne résidente de la Maison Jean Lapointe nous partage son expérience personnelle, le déclic qui l’a convaincu d’arrêter de boire, l’impact de sa sobriété sur sa confiance en elle et sur son entourage, et pourquoi elle s’investit aujourd’hui pour déconstruire les tabous qui existent autour de l’alcoolisme et aider d’autres personnes dépendantes.

SARAH-AUDE LAVIGNE

Sarah-Aude Lavigne, étudiante au certificat en santé mentale à l’UdeM, nous raconte son expérience enrichissante en tant que pair aidant formateur au secondaire, et ce qui l’a poussée à poursuivre ses études dans cette voie. Elle souligne l’importance de l’écoute et nous encourage à remettre en question les préjugés que nous avons face à la consommation des autres.

GENEVIÈVE DANDURAND 

Geneviève Dandurand, directrice de l’l’école St Antoine-de-St-Exupéry, pose un regard empathique sur les élèves de son école. Geneviève aborde la dépendance à l’alcool et aux drogues au secondaire, mais aussi la dépendance affective et la dépendance numérique. Elle explique également comment le milieu scolaire doit travailler en tandem avec les parents pour prévenir la dépendance et ce, dès la première année du secondaire.

PIERRE-LUC RACINE

L’humoriste Pierre-Luc Racine nous parle de son expérience avec la sobriété volontaire et de son besoin de “prendre des pauses” pour modérer sa consommation. On parle des aléas de la vie et de ce qui nous mène à boire plus que de raison, de la possibilité de prendre un nouveau départ, ainsi que des astuces pour les participants du Défi 28 jours.

MATTHIEU GOYETTE

Mathieu Goyette, professeur et chercheur en toxicomanie à l’université de Sherbrooke explique le sentiment de confiance que l’alcool nous donne pour briser la glace avec un partenaire, et sa place dans les relations sexuelles et amoureuses. On parle d’érotisme, de performance, de plaisir, et de vulnérabilité, et des bonnes questions à se poser sur sa consommation, qu’on soit célibataire ou en couple.

AUDREY LAJEUNESSE ET
PATRICE BENOIT

Audrey Lajeunesse et Patrice Benoit sont tous deux intervenants à l’école secondaire Pointe-aux-Trembles. Elle est éducatrice spécialisée, il est directeur adjoint, et ils sont très impliqués dans le succès de leurs jeunes. Nous discutons avec eux des bons et des mauvais côtés de la technologie et de l’évolution de la consommation au secondaire, à l’ère de la légalisation du cannabis.

BRIGITTE LANGEVIN

Brigitte Langevin, professionnelle en éducation du sommeil nous parle de contrôle de soi, de détente, de stress et de l’impact de l’alcool et des téléphones sur notre repos. Elle explique comment trouver la paix du corps et de l’esprit pour s’endormir plus facilement et évoque le rôle que les parents jouent dans l’apprentissage d’un sommeil sain chez les jeunes.

MATHIEU PERRON

Mathieu Perron, gérant du bar de quartier le Ping Pong Club, à Montréal, partage son cheminement dans le secteur de la restauration et fait le point sur les dessous du milieu. Il aborde la consommation devant et derrière le bar, discute de la révolution qui a lieu dans les bars du Québec et aborde une question complexe : quelle est la responsabilité d’un barman face à son client?

JEAN-PHILIPPE CHARLEBOIS

Jean-Philippe Charlebois, 15 ans, gagnant du concours « Mon indépendance j’y tiens » organisé par la Fondation Jean-Lapointe nous parle de l’alcool à l’adolescence, de sa passion pour la musique, de la place des médias sociaux dans son quotidien et de sa vision de la vie. On discute des problèmes que rencontre un jeune de son âge et de son regard sur la consommation d’alcool.

JEAN-FRANÇOIS POIRIER

Jean-François Poirier, directeur des programmes de prévention jeunesse à la Maison Jean-Lapointe, nous raconte l’histoire des ateliers de prévention de la Maison, comment ils ont évolué pour s’adapter aux jeunes d’aujourd’hui, et les défis de la prévention une fois les jeunes sortis de l’école secondaire.

VALÉRIE CHAREST

Valérie Charest, gestionnaire au Bénévolat d’entraide aux communicateurs (BEC), nous parle de la disponibilité de l’alcool au travail dans l’industrie de la publicité, et du rôle des médias et de la culture sur les choix et occasions de consommation. On échange aussi sur les différents niveaux de consommation problématique, sur la pression sociale et sur l’alcool comme mauvaise excuse à des comportements déplacés.

JACOB-AMNON SUISSA

Jacob-Amnon Suissa, professeur à l’UQAM nous offre une perspective sociohistorique sur l’alcoolisme et sur la stigmatisation, il nous parle de la distinction à faire entre l’usage et l’abus, entre plaisir et échappatoire. On parle de surconsommation comme symptôme d’un état de vulnérabilité dans un contexte difficile où notre estime de soi est affaiblie et du rôle actif de l’entourage pour les personnes en traitement.

MARTIN JUNEAU

Martin Juneau, chef et restaurateur, nous livre sa vision de la place de l’alcool dans la société et nous partage les dessous du rythme effréné de la restauration. Dans cet épisode on parle de son amour pour les vins natures, des bénéfices de prendre une pause et du processus de questionnement personnel que doit représenter le 28 jours.

JEAN-SIMON BOURGIE

Jean-Simon Bourgie, ancien résident de la Maison Jean Lapointe, partage un témoignage touchant sur sa relation avec l’alcool et les substances, de ses jeunes années sportives en Floride à ses excès de la vingtaine et son rétablissement. On échange sur les clichés autour de l’addiction dans notre société, de déclic et de seconde chance.

ANNIE PAPAGEORGIOU

Annie Papageorgiou, directrice générale de la Fondation Jean Lapointe, nous partage son enthousiasme et toute l’énergie qu’elle déploie au jour le jour pour faire vivre la mission de la Fondation. Elle nous parle de sa motivation à changer les choses dans notre société, de son engagement pour la cause et de la méthodologie des différents programmes de la Fondation pour faire de la prévention des toxicomanies auprès des jeunes.

RENAUD BLANCHET

Renaud Blanchet, finaliste d’Occupation Double Grèce raconte ses premières initiations à l’alcool et aux substances, de ses expériences de jeunesse à l’âge adulte. On parle de la gestion des émotions et de la consommation dans une expérience hors-norme telle que OD, de devenir une personnalité publique en quelques mois et de pourquoi il est possible d’avoir du fun en buvant peu ou pas.

JOSIANE STRATIS

Josiane Stratis, rédactrice en chef de Ton petit look, auteure et animatrice, partage l’évolution de sa consommation d’alcool et son regard sur le Défi qu’elle fait depuis plusieurs années. Elle nous parle du rapport à soi et aux autres quand on consomme et quand on s’abstient, en tant qu’adulte mais aussi en tant que parent, et de pourquoi il est important de se questionner et de s’écouter.

JEAN-SÉBASTIEN CHOUINARD

Jean-Sébastien Chouinard, fondateur des “28 jours les plus longs de ta vie”, nous raconte ce moment où il a décidé avec un ami de se lancer un nouveau défi et de ne pas boire durant le mois de février. À travers cet épisode, on parle de sobriété volontaire, de l’alcool comme lubrifiant social, et on se questionne sur son importance dans la culture d’entreprise.